La cravate : Choix, noeud et entretien - Accessoire mode

La cravate : Choix, noeud et entretien - Accessoire mode
La cravate : Choix, noeud et entretien – Accessoire mode

Accessoire masculin et de plus en plus féminin, elle se porte aujourd’hui au quotidien et se décline dans de nombreuses couleurs et de nombreuses formes. Bien que ça ne soit qu’un bout de tissu, la cravate c’est tout un art, c’est une façon de la porter, de la nouer, de l’harmoniser. Bref, la cravate c’est toute une histoire !

La cravate et son histoire

La cravate a beaucoup de mal à se nouer avec son histoire. Il existe deux sons de cloches. Pour certains, le mot « cravate » est une transformation du mot « Croate », en référence aux cavaliers mercenaires employés par Louis XIII au 17ème siècle, qui avaient pour habitude de porter un foulard noué autour du cou. D’autres disent qu’en réalité, on trouve des traces du mot cravate dès le 14ème siècle, en France ou en Italie, notamment dans les écrits d’Eustache Deschamps.

Cependant, la mode du port de la cravate en Europe semble bien débuter au 17ème siècle. Elle commence alors à remplacer les jabots de dentelle. A l’époque, c’est une large bande de coton ou de lin, décorée de dentelles. Cette bande est enroulée autour du cou et nouée sur le devant en laissant pendre les deux bouts.

C’est la cravate « Régate » qui est l’ancêtre de la cravate telle que nous la connaissons aujourd’hui. C’est d’ailleurs au même moment, qu’apparaît le nœud papillon moderne. Le cravatier new-yorkais Langdorf aura l’idée, en 1924, de la couper en diagonale et de l’assembler en 3 parties  pour en simplifier l’usage encore bien difficile.

Malgré la grande évolution de la mode, ces dernières n’ont jamais perdu leur part de popularité car elles sont (avec le chapeau) l’unique élément faisant ressortir le sérieux et l’élégance de l’homme.

Choisir sa cravate

Et oui, choisir une cravate ne se fait pas à la légère, car il faut penser à l’assortir avec ses tenues, et aux circonstances. Les cravates unies de couleur sombre, comme celles à rayure sont généralement les plus faciles à porter et on peut rarement faire une faute de goût. Il en est de même pour les petits motifs quasi invisibles. Car se présenter avec une cravate qui jure avec le reste de la tenue est plutôt dangereux, surtout si c’est dans votre milieu professionnel ou lors d’un entretient. On peut se permettre de prendre plus de risques avec sa cravate si c’est pour une soirée ou un dîner entre amis.

Les nœuds

Porter une cravate ce n’est pas seulement choisir une couleur ou une forme, c’est aussi savoir l’attacher ! Et là, c’est loin d’être une chose aisée. Il existe beaucoup de styles de nœuds : le simple, le double simple, le petit noeud, le croisé, le pratt, l’ascot,… Deux mathématiciens, Thomas Fink et Yong Mao ont même poussé le vice, jusqu’à découvrir près de 100 nouveaux noeuds grâce à une modélisation mathématique de leur invention. Le plus pratiqué est certainement le nœud Windsor et avec un peu d’entraînement, il se réalise en quelques secondes. Et quand on sait que La Rochefoucault disait que « Le noeud est à la cravate ce que le cerveau est à l’homme », on y fait très attention !

Un peu d’entretien

Et oui, une cravate ça se bichonne. Les cravates de bonne qualité, nécessitent que très peu d’entretient, mais quoi qu’il en soit il y a quelques petits règles à respecter. On évite de vaporiser son parfum sur sa cravate car, selon la matière de cette dernière, le parfum peut la tâcher.
Ne lavez vos cravates vous-même à l’eau, car elles perdraient toutes leurs formes. Cela est dû au fait qu’une cravate est constituée de différentes enveloppes qui ne se rétrécissent pas de la même manière au contact de l’eau. Il vaut mieux la confier à son teinturier. Rangez vos cravates de préférence pliées en deux et posées à plat dans des étuis à cravates faits pour cela, sinon enroulez-les sur elles-mêmes en commençant par le petit pan. Conserver vos cravates à l’abri de la lumière et du soleil quand vous ne les portez pas pour éviter qu’elles perdent leurs couleurs.

Et n’oubliez pas : « La seule utilité réelle de la cravate, c’est qu’on la retire, sitôt rentré chez soi, pour se donner l’impression d’être libéré de quelque chose, mais on ne sait pas de quoi » (P. Coelho).

Le saviez-vous ?

Une légende dit que la cravate est née ainsi : un jour, les femmes décidèrent d’attacher une serviette autour du cou de leur mari, pour éviter qu’après un repas, ils ne s’essuient toujours avec leurs manches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *